Publié le 30 mai 2021

Vaccination : Des postiers retraités qui n'ont pas perdu le sens du service

Nouveaux Services
Récit
Occitanie

François Belmonte a été facteur pendant 30 ans. Rosette, son épouse, a débuté sa carrière au sein d'une agence postale. Installé à Sauvian (Hérault), le couple de retraités a récemment été mis en lumière par plusieurs médias locaux et nationaux pour avoir facilité l’accès à la vaccination aux personnes de leur région les plus éloignées des outils numériques. Présentation de cette famille de postiers engagée au service des autres par leur fils Nicolas, qui, vous ne le devinerez jamais, est aussi facteur!

"Reine et roi de pique". Réputé pour ses titres d’articles toujours savoureux, le quotidien national Libération, n’a une nouvelle fois pas manqué d’imagination lorsque, le 30 avril dernier, le journal a consacré son célèbre portrait de "der"(1) aux époux Belmonte.

Pourquoi ce coup de projecteur ? Ces deux retraités héraultais passent, depuis février, leurs journées à traquer les moindres créneaux de vaccination disponibles sur le site Internet Doctolib pour les proposer, ensuite, aux habitants de Sauvian et des alentours, qui ne sont pas forcément à l’aise avec les outils numériques. Une mise en lumière qui rend fier leur fils, Nicolas, également facteur au sein de la plateforme de préparation et de distribution du courrier (PPDC) Pays d’Orb Terres et Mer à Vendres, à quelques encablures seulement de Sauvian où résident ses parents.

Le sens du service

Génétiquement motivés. Le sens du service serait-il inscrit dans les gènes de la famille Belmonte ? Pour Nicolas, 42 ans, cela ne fait pas l’ombre d’un doute. C’est aussi "pour pouvoir rendre service et être au contact des gens" qu’il a rejoint La Poste, voici 20 ans, pour y devenir facteur. "Pourtant, au début je n’étais pas destiné à ce métier, confie-t-il. J’ai obtenu un BTS productique mais les offres d’emplois dans cette spécialité étant rares dans ma région, il aurait fallu que je quitte le Sud. Pour plusieurs raisons, ce n’était pas possible".

Après avoir découvert La Poste et le métier de facteur au travers de jobs d’été et de plusieurs CDD, Nicolas avoue avoir pris "goût au contact avec les clients" et, à 22 ans, le jeune rugbyman, accepte l’offre de CDI qui lui est proposée. C’est décidé, il marchera dans les pas de son père, François, qui, pendant 30 ans, a lui-aussi arpenté le sud de Béziers pour y distribuer le courrier. 

Ce qui m’a marqué quand j’étais gamin, c’est que mon père connaissait tout le monde. C’était le facteur du village, il était très apprécié, tout le monde l’aimait, je pense que ça a joué aussi.

Nicolas Belmonte

Facteur au sein de la PPDC Pays d’Orb Terres et Mer

La figure du père…Et de la mère aussi, Rosette, une autre "célébrité" du village, très engagée également au quotidien. Adjointe aux festivités de la commune de Sauvian, la retraitée hyperactive s’est retrouvée au "chômage technique" suite à la pandémie. Plus de concerts ni de voyages "pour les anciens" à organiser. Elle a donc proposé au maire de venir prêter main-forte aux secrétaires "qui avaient du travail par-dessus la tête" en prenant en charge les demandes de vaccinations des administrés.

"Ils ne s’arrêtent jamais, s’amuse Nicolas. Rendre service, consacrer du temps aux autres… Ils ont toujours été comme ça. Pour tout vous dire, je n’ai même pas été surpris quand ils m’ont annoncé qu’ils s’étaient lancés dans ce type d’initiative. Cela leur ressemble tellement…"

"Je compare cela à de la pêche à la ligne"

C’est ainsi que depuis le mois de février le couple de retraité traque sans relâche - de jour comme de nuit – la moindre opportunité qui leur permettrait de barrer un nom sur leur (longue) liste d’attente. "Quand on se réveille la nuit, autant en profiter pour regarder vite fait sur le téléphone portable s’il n'y a pas de nouveaux créneaux disponibles, raconte Rosette Belmonte. Si c’est le cas, on se lève et on se remet au travail !".

"Pour ma part, je compare cela à la pêche à la ligne. Je surveille ma canne en permanence. Et quand il y a une touche, je ferre !"expliquait récemment, geste à l'appui, son mari François, à l’équipe de France 3 Occitanie venue réaliser un reportage à leur domicile. Et cela mord plutôt bien chez les Belmonte puisqu’à ce jour pas moins de 1 500 personnes ont pu être vaccinées par leur entremise. 

A ce jour, pas moins de 1 500 personnes ont pu être vaccinées par l'entremise de la famille Belmonte

"C’est incroyable les signes de reconnaissance et de gratitude que nous recevons, confie, émue, Rosette. Je n’aurais jamais imaginé que cette mission pouvait revêtir une telle importance pour les personnes qui attendent le vaccin""C’est vrai que 1 500 personnes, ce n’est pas rien", reconnaît Nicolas. Et, au final, certainement plusieurs vies sauvées.

Aussi, rien de surprenant au fait qu’au sein de leur domicile, les bouquets de fleurs, les boîtes de chocolats et autres douceurs reçus en guise de remerciement s’empilent. Pourtant, François et Rosette, l’assurent, ils n’attendent rien en retour. "Pour eux, ils n’ont rien fait d’exceptionnel, avoue Nicolas. Ils ont même refusé une médaille ". Et pour cause, rendre service, ils l’ont fait toute leur vie.

(1)Dans le jargon journalistique, la "der" est la dernière page du journal.