Publié le 14 juin 2021

La Banque Postale accompagne 2 jeunes boulangers normands

Banque et assurance
Normandie

Léa Chauveau et Alexandre Cousin viennent d’acquérir une 2ème boulangerie dans le pays de Bray en Seine-Maritime. Le jeune couple, 24 ans chacun, a confié le financement de cet investissement à La Banque Postale. Alexandre nous explique les raisons de ce choix et évoque ses projets à venir.

Alexandre CousinBoulanger, client professionnel La Banque Postale
1

Comment avez-vous rencontré le conseiller de La Banque postale ?

1

Alexandre Cousin : Il y a près de deux ans, nous recherchions un financement pour l’ouverture de notre première entreprise. Ma compagne Léa détient ses comptes à La Banque Postale et ma belle-mère qui travaille à La Poste m’avait dit : "va voir à La Banque Postale, elle développe le secteur professionnel, ça peut vous intéresser". Nous avons alors rencontré un conseiller. Le financement nous avait été accordé mais nous avions opté pour une autre solution à l’époque. 

2

Qu’est-ce qui vous a incité à contacter à nouveau La Banque Postale ?

2

Alexandre Cousin : Nous nous étions très bien entendus avec Damien Beuzelin, notre interlocuteur à la Banque Postale, lors de notre premier entretien et nous avions apprécié son professionnalisme et la proposition qu’il nous avait faite. Nous avons donc naturellement décidé de faire appel à lui pour la concrétisation de notre deuxième projet.

3

Quel était l’objet de ce financement ?

3

Alexandre Cousin : La Banque Postale nous a accompagnés pour l’acquisition des murs et d’un local commercial dans le centre-ville de Forges-les-Eaux. Notre deuxième boulangerie a ainsi pu ouvrir le 28 octobre de l’année dernière. Cette boulangerie était fermée depuis plus de 4 ans. La Banque Postale a également été à nos côtés pour l’achat d’un système de meunerie que nous avons installé dans notre premier site à Beauvoir-en-Lyons. Nous sommes ainsi devenus les premiers boulangers-pâtissiers de Normandie à fabriquer notre propre farine nous-même.

4

Vous n’avez pas eu peur de mener de tels projets pendant la période que nous venons de traverser ?

4

Alexandre Cousin : Malgré les difficultés, nous avons une bonne capacité d’adaptation, nous parvenons à chaque fois à rebondir. Au premier confinement, nous avons eu une baisse énorme de chiffre d’affaires en particulier au niveau des pâtisseries. Aussitôt, nous avons rebondi. Après 3 jours de confinement, j’ai acheté un four à bois à pizza. Nous nous sommes mis à faire des pizzas tous les soirs et ça a été un carton !

5

Etes-vous restés en contact avec votre conseiller ?

5

Alexandre Cousin : Oui bien sûr. Et d’ailleurs, nous sommes sur un nouveau projet de développement. Nous avons signé un compromis pour l’achat d’une troisième boulangerie à Gournay-en-Bray. Notre premier apprenti va en devenir le directeur et nous allons embaucher pâtissier, chocolatier et des apprentis supplémentaires. Nous allons aussi augmenter les effectifs de la boulangerie de Beauvoir-en-Lyons. Au total, nous allons passer d’un effectif de 3 personnes il y a 2 ans à 28 au 1er novembre prochain. Pour cet investissement, nous allons de nouveau solliciter notre conseiller, Damien Beuzelin.