Publié le 1 juin 2021

Bourgogne-Franche-Comté : Recygo et Versoo recyclent les masques chirurgicaux

Ecologie
Bourgogne-Franche-Comté

Depuis février 2021, Recygo, filiale de La Poste et de SUEZ, propose une solution clé en main qui permet aux collectivités et aux entreprises de recycler les masques jetables. Une opération menée en partenariat avec l’entreprise Versoo

Longevelle-sur-Doubs est la première commune du Doubs à s’investir dans la collecte de masques chirurgicaux. Pour faciliter leur recyclage, 3 containers pouvant stocker plus de 350 masques chacun ont été livrés. Ces containers sont installés à des endroits stratégiques pour une visibilité maximale, notamment devant l’atelier municipal et devant l’école du village, permettant ainsi de sensibiliser les enfants et les parents.

C’est la factrice de la commune, Isabelle Petremant, qui a proposé la solution de recyclage au maire de la commune, Pierre-Aimé Girardot.

J’ai remarqué qu’il y avait des masques par terre pendant ma tournée. Je me suis dit que Recygo serait une bonne idée. J’ai proposé cette solution aux maires des villes de mes tournées : Longevelle-sur-Doubs et Lougres. Je leur ai mentionné les tarifs, expliqué comment fonctionnait le recyclage ; tout est parti de là.

La commune de Longevelle-sur-Doubs avait déjà mis en place plusieurs actions écologiques, telles le recyclage des biodéchets et des mégots de cigarettes. Le village a également abandonné les produits phytosanitaires au profit de produits plus écologiques, ce qui lui a permis d’obtenir la labellisation "Zéro Phyto" en 2020. Recycler les masques jetables, grâce au dispositif proposé par Recygo, s’inscrit dans la continuité de ces engagements: "C’est l’idée du recyclage, plutôt qu’une incinération du déchet, qui nous a incités à faire ce choix", confirme Pierre-Aimé GIRARDOT, maire de Longevelle-sur-Doubs.

Un cercle vertueux

Concrètement, lorsque les containers sont pleins, l’entreprise Versoo prend le relais et recycle les masques. Après une période d’isolation pour éviter tout risque de contamination, les masques sont ensuite triés et broyés (avec tri magnétique pour les barrettes métalliques) afin d’en extraire des granulés de plastique. Les matières premières recyclées sont ensuite réintroduites dans la fabrication de pièces en polypropylène, qui seront notamment utilisées pour la fabrication de pièces pour l’industrie automobile.

"Au final, l'opération est semblable à une collecte de cartons ou de plastiques. Les masques auront une deuxième vie. C’est important d’apporter ma pierre à l’édifice pour que le village soit le plus propre possible" complète la factrice Isabelle Petremant, fière d’avoir contribué à la mise en place de ce projet.

A Longevelle-sur-Doubs, commune de 700 habitants, le premier container a été rempli en moins d’un mois.

Une initiative se développant à travers la région

Du côté de la commune, ce nouveau modèle de recyclage est perçu comme étant une réussite : "Nous n’avons que des retours positifs, à la fois de la population qui préfère recycler les masques plutôt que de les jeter à la poubelle mais aussi d’autres communes qui envisagent également d'adopter cette solution. Je les redirige alors vers Recygo. J’espère que cette opération va s’étendre dans le secteur " conclut Pierre-Aimé Girardot.  

Et le souhait du maire de Longevelle-sur-Doubs semble se concrétiser : à Cheilly-lès-Maranges et à Allériot, en Saône-et-Loire, on recycle d'ores et déjà les masques chirurgicaux grâce à Recygo et Versoo. Enfin, du côté des entreprises, le réseau de bus Tréma, desservant les secteurs mâconnais et beaujolais, a également choisi ce dispositif afin que ses employés puissent recycler leurs masques.