Le Groupe La Poste, partenaire naturel d’une mobilité plus durable des personnes et des marchandises

Transitions écologiques
National

Le Groupe La poste contribue activement au développement d’une mobilité plus durable des personnes et des marchandises sur l’ensemble du territoire. Pour se faire, il vise l’exemplarité dans son fonctionnement et auprès de ses collaborateurs. Cette expertise lui permet de proposer une palette de services à ses clients et son soutien à des projets sociétaux.

MOBILITE DURABLE DES PERSONNES

89% des Français se disent préoccupés par la crise environnementale. Ils sont conscients de l’impact des déplacements, notamment les plus jeunes, 60% des 18-24 ans considèrent que les déplacements contribuent « beaucoup » à la dégradation de l’environnement. Cette prise de conscience environnementale alimente une volonté d’agir et de changer ses pratiques au quotidien.

La mobilité des collaborateurs du Groupe

L’engagement du Groupe La Poste dans une mobilité durable débute tout naturellement par l’organisation des trajets professionnels de ses collaborateurs. Ainsi la politique voyage privilégie le train à l’avion et les réunions à distance au présentiel.

Une application pour smartphone permet un suivi des usages de chaque utilisateur de véhicule de fonction afin d’optimiser et de piloter les kilométrages, consommations, émissions de gaz à effet de serre et coûts de leurs trajets. Dans un même temps le catalogue de véhicules du Groupe privilégie les véhicules à faibles émissions.

Des études au niveau national montrent que le télétravail permet de réduire drastiquement les déplacements (de 69%) et les distances parcourues (39%), passant de 9km à 5,5 km grâce à la réduction des trajets pendulaires (93%) les jours de télétravail[1]. Fin 2019, 4 349 collaborateurs ont donc bénéficié d’un accord sur le télétravail signé pour la période 2018-2022. Le recours au télétravail a plus que doublé depuis 2017 diminuant en proportion l’impact écologique afférent.

Enfin le Groupe La Poste déploie des plans de mobilité (PDM). En effet, depuis le 1er janvier 2019, tout site d’entreprise localisé dans le périmètre d’un plan de mobilité et regroupant plus de 50 collaborateurs doit optimiser les déplacements quotidiens de son personnel et favoriser les modes de transports doux.

Promouvoir la mobilité durable des citoyens grâce au vélo électrique

Selon différentes estimations, près de 5% des personnes de plus de 15 ans en France font du vélo quotidiennement (contre 30% au Danemark et 43% aux Pays-Bas) alors que « pour un kilomètre parcouru, les émissions de gaz à effet de serre sont 94% fois moins élevées pour le vélo que pour la voiture » [1].

Afin de développer l’usage de ce mode de mobilité douce, La Poste développe des solutions de location longue durée de vélos à assistance électrique (VAE) à destination des collectivités et leurs administrés (Bemobi). C’est en particulier le cas avec Veligo Location, service d’Ile-de-France Mobilités - le Syndicat des transports d'Ile-de-France - pour lequel La Poste est co-opérateur. Avec ce service, les habitants d’Ile-de-France peuvent louer, pour une durée de six mois renouvelables des VAE afin de tester cette pratique au quotidien. En proposant des vélos électriques haut de gamme l’offre a dépassé la barre symbolique des 10 000 souscripteurs seulement neuf mois après sa sortie. Si bien qu’Ile-de-France Mobilités a décidé de porter la flotte de Véligo Location de 10 à 20 000 unités d’ici le printemps 2021 et d’y adjoindre 500 vélos cargos.

D'après les premiers retours, environ la moitié des utilisateurs envisage d'acheter un vélo à l'issue de leur période de location, c'est plus que l'objectif de 30 % initialement fixé par Ile-de-France Mobilités.

Encourager les particuliers à s’équiper grâce à un prêt et une assurance « véhicule vert »

Dès 2015, dans le cadre de la COP21, La Banque Postale a renforcé ses engagements en faveur du développement durable en lançant une « gamme verte » pour encourager ses clients particuliers à passer à l’action en matière de transition écologique.

 Cette gamme attractive est notamment composée d’une assurance auto et de prêts personnels verts dédiés à la mobilité durable : achat d’un « véhicule vert » - voiture ou deux-roues électrique ou hybride (y compris vélo à assistance électrique) - qu’il soit neuf ou d’occasion. Cette offre répond à un nouveau besoin puisqu’entre juin 2019 et juin 2020, les ventes de véhicules électriques et hybrides rechargeables en France ont explosé de +231 % avec 22 630 unités[1]. La France est en effet l’un des leaders de la mobilité électrique en Europe.

Accompagner les collectivités locales dans leur transition vers une mobilité durable

Acteur engagé auprès des territoires et premier prêteur bancaire des collectivités locales, La Banque Postale étoffe son offre de produits et services responsables en proposant des prêts verts à destination des collectivités locales. Ces prêts sont refinancés par des obligations vertes émises par la banque publique de développement SFIL.

Cette solution s’adresse aux collectivités locales, groupements et syndicats désirant notamment financer des investissements en matière de mobilité et transport ayant une finalité écologique :

  •  Matériel roulant avec les tramways et les bus électriques

  • Infrastructures telles que les gares, les stations ou les plateformes multimodales

  • Bornes de recharge pour les véhicules propres

  • Mobilité partagée, avec les services de locations de bicyclettes, pistes cyclables, services de co-voiturage ou d’auto-partage

La Banque Postale accompagne ainsi le financement de la 3ème ligne de tramway à Saint-Etienne. D’une longueur totale de 4,3 km, 6 nouvelles stations ont été créées, et permet de réduire de 26 % le temps de parcours actuel en tramway.

« Par le prêt vert, nous offrons aux collectivités locales la possibilité d’avoir une démarche cohérente en matière de transition écologique sur l’ensemble de leur projet, y compris son financement »

Serge Bayard
Directeur de la Direction des Entreprises et du Développement des Territoires de La Banque Postale

•        Acteur de la transition écoresponsable des flottes des entreprises et des collectivités

Gérant les 60 000 véhicules de La Poste (l’une des premières flottes de véhicules électriques au monde), Véhiposte, filiale de La Poste, s’appuie sur son savoir-faire pour proposer des solutions afin de répondre aux besoins de mobilité responsable des entreprises, du secteur public et des associations. Suite au lancement de sa solution de gestion de flotte (fleet management), Véhiposte peut désormais mettre à disposition :

  • une solution d’autopartage pour faciliter la mobilité des collaborateurs, tout en mutualisant les véhicules et en facilitant l’électrification des flottes,

  • des véhicules connectés pour un pilotage en temps-réels des parcs et de leurs usages.

•        Gérer les dispositifs d’aide à la transition énergétique des collectivités

Les Collectivités s’engagent aujourd’hui dans des démarches en faveur de la protection de l’environnement et proposent des aides afin de permettre à leurs administrés d’optimiser leur consommation énergétique. Docaposte leur propose des solutions sur mesure afin de garantir le respect des conditions d’attribution et d’utilisation des aides allouées. C’est le cas par exemple dans le cadre de dispositifs d’aides destinées aux ménages modestes portant sur l’installation de dispositifs de conversion des véhicules à motorisation essence en motorisation à carburant modulable essence superéthanol E 85.

•      Des espaces de coworking partout en France, avec La Poste

Chaque  jour 28,8 millions d’actifs passent en moyenne une heure par jour entre leur domicile et leur travail. Le télétravail a donc des effets favorables sur la congestion et les émissions de gaz à effet de serre et polluants. La réduction des déplacements en France serait de l’ordre 2,4% soit 3,3 millions de déplacements évités par semaine, pour un gain de l’ordre de 3200 tCO2 / semaine (en ne tenant compte que des trajets pendulaires en voiture).

Ces trajets sont à la fois source de pollution, de stress et de fatigue pour les collaborateurs, deux solutions existent pour y remédier, d’un côté le télétravail à domicile évoqué plus en amont et de l’autre les espaces de coworking qui permettent de télétravailler dans des espaces partagés conviviaux.

Présente partout sur le territoire, La Poste est en mesure d’apporter une réponse adaptée aux attentes des entreprises, des travailleurs et des collectivités pour développer des solutions de coworking pour chaque situation.

C’est toute l’ambition de Nomade, espace de travail par la Poste. Cette offre couvre l’éventail des besoins des professionnels en mobilité, dans des lieux entièrement dédiés au coworking ou au sein de bureaux de poste.  

Par ailleurs, La Poste s’est associée avec Startway, créé en 2008 et pionnier indépendant du coworking en France. Son ambition et de permettre aux petites entreprises et startups d’accéder à des solutions d’hébergement à moindre coût.

Après quelques années et plusieurs ouvertures de sites, Startway signe en 2016 un partenariat avec Poste Immo, foncière immobilière du Groupe La Poste, afin de se donner les moyens de proposer des espaces de coworking sur l’ensemble du territoire français, avec la volonté de proposer de nouveaux services en centre-ville et dans les zones rurales.

Au-delà du fait de proposer des bureaux tout compris avec services de domiciliation, salles de réunion, accès au coworking, etc., Startway veut faire la différence en mettant en avant des actions solidaires, valorisant l’entreprenariat et le savoir-faire français.

•        Le Groupe la Poste, acteur de la mobilité durable et inclusive

La Poste, via sa filiale Véhiposte, qui gère ses 60 000 véhicules, rend accessible aux collectivités, acteurs économiques et associatifs, les véhicules électriques par le biais de ventes de véhicules d’occasion. Ainsi en juin 2019, lors d’une vente exceptionnelle de Kangoo ZE d’occasion, 17 véhicules ont été acquis par ce biais, dont 6 par des associations (La Roue de Secours, Julienne Javel et Le Secours Populaire).

Plus généralement, Véhiposte organise trois fois par an des ventes de véhicules d’occasion à destination des  structures de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) travaillant avec La Poste. Plusieurs associations ont ainsi pu bénéficier de véhicules postaux à des conditions optimisées. Véhiposte organise en outre des ventes hebdomadaires professionnelles, accessibles aux garages solidaires.

De plus, depuis 2018, La Banque Postale est mécène de Créa-Sol, institution de microfinance, à laquelle elle apporte un soutien financier, humain et institutionnel, pour accélérer l’accès au microcrédit personnel. Destiné en priorité aux personnes qui ne parviennent pas à obtenir un crédit bancaire, ce type de prêt à taux réduit sert majoritairement à l’achat ou la réparation d’un véhicule pour se rendre au travail ou trouver un emploi.

Pour finir, les MSAP (Maisons de Services Au Public) permettent l’égalité d’accès aux services publics en zones rurales et périurbaines (démarches administratives de la vie courante). Plus de 500 MSAP sont portées par La Poste.

En 2018-2019, La Poste et Wimoov – association de l’ESS qui accompagne les publics en précarité de mobilité au travers du développement de plateformes de mobilité -  se sont rapprochés afin d’étudier des actions communes, en particulier la mise en place de permanences de conseillers en mobilité dans 2 MSAP : Dabo (Moselle) et Saint-André-de-l’Eure (Eure). L’objectif pour La Poste et Wimoov était de renforcer la mutualisation des services et de décentraliser leur action pour toucher des publics éloignés des plateformes de mobilité.

LA MOBILITE DURABLE DES MARCHANDISES

Sous l’impulsion de nouveaux modes de consommation, notamment du e-commerce, La Poste innove dans le déploiement de véhicules alternatifs au thermique. Forte d’une des premières flottes de véhicules électriques au monde, elle poursuit ses initiatives pour réaliser des livraisons propres, notamment dans les centres-villes en réinventant la logistique urbaine.

Politique transport du Groupe

Depuis plusieurs années le e-commerce et par conséquent la livraison à domicile ont connu une forte progression. Pour 90% des personnes interrogées, la livraison est un levier majeur du recours au e-commerce et 91% apprécient le confort d’achat depuis chez eux[1]. Mais les e-acheteur sont néanmoins de plus en plus attentifs à l’environnement, ainsi pour 87% d’entre eux, les marques et les entreprises doivent agir de façon durable et responsable.

Et dans le même temps, un nombre croissant de villes annonce des restrictions de circulation pour les véhicules diesel, voire thermiques. Ainsi les Zones à Faibles Émissions se multiplient dans les hyper-centres.

En 2025, les volumes de colis auront doublé, ce qui risque de doubler les véhicules de livraison dans les rues si des solutions adaptées ne sont pas adoptées. Moins de véhicules de livraison en circulation… oui, mais comment ?

Consciente de sa responsabilité sociale, La Poste décide dès 2004 de s’engager dans la voie du développement responsable en mettant en œuvre des actions concrètes pour résoudre cette équation difficile, comme l’optimisation des tournées. Elle compense également depuis 2012 la totalité de ses rejets carbonés sur ses activités courrier, colis, express. C’est le seul opérateur postal, à l’échelle internationale, dont l’impact sur l’environnement, mesuré par l’agence CDP, lui a permis d’obtenir la note maximale A en 2018 pour sa politique carbone !

Au niveau global, son activité de distribution colis-courrier est neutre pour la planète. Au niveau local, cela signifie qu’elle rejette beaucoup moins de CO2 grâce à son parc de 40 000 véhicules électriques (dont 20 000 vélos), notamment là où leur concentration est la plus susceptible d’occasionner des problèmes sanitaires : en environnement urbain[2].

• Des véhicules au Gaz Naturel pour Véhicules (GNV)

Le Groupe La Poste a introduit les véhicules GNV en 2017 sur ses segments utilitaires de 10 et 11 m3, et poursuit leur déploiement. À fin 2019, 367 utilitaires étaient ainsi dotés de cette motorisation plus écologique.

Le GNV permet en effet de réduire de 15 % des émissions de GES, de 50 % des NOX et jusqu’à 95 % des particules fines par rapport à un carburant diesel classique. Les véhicules GNV sont également plus silencieux que les véhicules diesel.

• Mutualiser les emports

La mutualisation des emports permet de charger les véhicules au maximum de leurs capacités, afin de réduire leur nombre en circulation. Aujourd’hui, les facteurs distribuent les Colissimo de La Poste, mais aussi les colis de sa filiale Chronopost, grâce à la convergence de leurs systèmes d’information et notamment des données de suivi des colis. C’est cette mutualisation vertueuse et responsable que La Poste et ses partenaires proposent à d’autres entreprises à travers la société Urby (voir plus loin).

• Augmenter la part de livraisons en mode doux

Cette logistique mutualisée est d’autant plus efficace, pour décongestionner le trafic, qu’elle s’accompagne de dépôts relais en centre-ville. Les colis y sont transportés en quatre roues motorisés, avant d’être répartis en plusieurs tournées effectuées en mode doux : trois-roues, deux roues ou à pied.

Ces modalités de distribution permettent par ailleurs de proposer des services élargis aux commerçants, comme c’est le cas à Bordeaux en 2019 avec l’espace logistique de proximité (ELP) de la rue Fondaudège. Cette petite structure, située à proximité du centre historique de Bordeaux, propose aux commerçants pénalisés par les travaux de la ligne D du tramway un ensemble de services qui leur permettent de poursuivre leur activité : réapprovisionnements, collecte de leurs emballages, livraison de leurs clients à domicile, etc.

• Réduire au maximum les relivraisons

Enfin, concernant les relivraisons, il est évident que présenter plusieurs fois le même colis à un destinataire absent représente des nuisances urbaines inutiles. Pour éviter cette situation, les destinataires ont désormais la possibilité de choisir le jour, voire le créneau horaire de livraison, de se faire livrer directement dans un point de retrait (bureau de poste ou commerçant), ou de récupérer leur colis dans une consigne Pickup ouverte 24H/24.

• Choix des prestataires de transport

Depuis plusieurs années, les cahiers des charges de La Poste pour des prestataires de services de transport et de livraison intègrent des critères RSE. Ces critères ont été uniformisés et revus à la hausse en 2018 dans les appels d’offres. Entre autres, pour les liaisons longues distances, depuis 2019, les prestataires doivent utiliser des camions aux normes Euro 5 à minima et intégrer des critères liés au climat et aux polluants atmosphériques.

La démarche achats responsables comporte tout un volet d’accompagnement des fournisseurs.

Dans le Groupe, DPDgroup a notamment déployé en 2018 une Charte des achats responsables applicable à l’ensemble de ses filiales. La Charte s’inspire de l’OIT et du Pacte mondial des Nations unies.

La Poste, partenaire des collectivités

On le voit à travers l’ensemble de ses actions, quand il est question de développement urbain, La Poste reste en toutes circonstances, partenaire des collectivités. Elle définit avec les collectivités de nouveaux schémas de logistique urbaine qui préservent les intérêts de la commune et de ses administrés.

À ce jour, La Poste a passé pas moins de 22 conventions et accords de logistique urbaine avec des métropoles,comme celle de Lille ou de Saint-Étienne. Ces conventions permettent notamment de livrer avec des véhicules à faibles émissions, de proposer des solutions simples de stockage, de livraisons mutualisées et des services aux particuliers et aux commerces locaux pour redynamiser les centres urbains.

• Une logistique vertueuse pour tous

Pour autant, le problème est global et si La Poste effectue 60% des livraisons de colis en France, d’autres véhicules que les siens sillonnent les centres-villes. De fait, de nombreuses métropoles ont lancé des appels à projets en vue de redéfinir les conditions d’une logistique urbaine raisonnée. À ces appels à projets, La Poste répond en s’associant à des partenaires nationaux et locaux. Elle le fait, depuis février 2019, à travers la société Urby, qui rassemble plusieurs actionnaires.

Avec Urby, toutes les livraisons en centre-ville deviennent mutualisables et réalisables en véhicules à faibles émissions

Avec Urby, le Groupe La Poste positionne en entrée de ville des centres de mutualisation empêchant l’entrée de camions partiellement remplis en  centre-ville, et réduisant ainsi le nombre de véhicules de livraison en optimisant leur chargement. Ce système répond aux défis que rencontrent les agglomérations confrontées à l'explosion du e-commerce. Grâce à Urby, moins de circulation en centre-ville, moins de pollution, moins de nuisances sonores et  pour les commerçants et entreprises, plus de services, plus de stockage, plus de récupération de recyclables.

Aujourd’hui Urby est présent dans 17 zones urbaines avec l’implantation de centres de mutualisation des marchandises en partenariat avec des acteurs locaux, 5 autres centres de mutualisation sont en projet d’ici début 2021.

Le centre de mutualisation concentre et distribue aux entreprises et commerçants les marchandises (palettes et colis). Il gère les flux retours, notamment la collecte des recyclables. Il propose aussi aux commerçants de centre-ville des prestations de stockage et de livraison à domicile au profit de leurs propres clients : vélos, cuisines, etc. Il permet aux transporteurs, aux messagers et aux expressistes de s’affranchir du premier et du dernier kilomètre, qui constitue une part importante de leur coût de transport global.

Les livraisons des transporteurs sont intégralement effectuées par des véhicules à faible émission (électriques ou roulant au gaz naturel pour véhicule) ou à vélo.

Urby déploie également des ELU (établissements de logistique urbaine ou de proximité) en centre-ville. Ces établissements, d'une capacité d’entreposage de 200-400 m2, sont des centres de services destinés aux commerçants, aux collectivités et aux entreprises. Une solution logistique qui offre aux commerçants de nombreuses facilités, dont : le stockage d’articles, la livraison de clients particuliers directement depuis l’ELU, la récupération de recyclables, le réassort entre magasins, etc.

L’idée est de libérer de la surface commerciale chez les commerçants et qu’ils puissent proposer des services identiques à ceux des e-commerçants.

• La livraison express à vélo

Stuart, filiale du Groupe La Poste,  est un service de livraison express à domicile. Présent dans plus de 60 villes en France. Stuart propose aux particuliers et professionnels (acteurs de la restauration, de la grande distribution ou du commerce) de se faire livrer tous types d’objets (repas, colis, courses, …).

Adaptée à l’évolution des modes de consommation en zone urbaine dense, Stuart permet des livraisons extrêmement rapides et respectueuses de l’environnement. Pour faire face à la variété de livraisons possibles, la start-up travaille avec des livreurs à vélo ou vélos cargos. Pour accompagner ces démarches organisationnelles et technologiques soutenant une logistique urbaine plus « verte », Stuart s'appuie par ailleurs sur une flotte 100% neutre en carbone : vélos, vélos cargos, vans électriques, camions GNV et Bio Gaz.

• Surveillance de la qualité de l’air en ville

La pollution de l’air est l’un des risques environnementaux les plus importants identifié par l’OCDE. En Europe, un rapport de l’Agence européenne pour l’environnement indique que 85% à 91% des habitants se sont trouvés exposés à des concentrations de particules PM2.5 au-delà des niveaux recommandés par l’OMS entre 2012 et 2014. La mobilité urbaine représente 40% de toutes les émissions de CO2 du transport routier.

Dans ce contexte, La Poste se positionne comme un partenaire des collectivités dans le suivi de la qualité de l’air en s’appuyant sur le vaste réseau postal (véhicules et implantations) et des solutions basées sur des capteurs (fixes et mobiles), permettant une surveillance de la qualité de l’air en temps réel.

Ainsi, Geoptis, spécialiste du patrimoine des collectivités et de l’audit de la voirie, propose depuis fin 2019 des solutions de mesure de la qualité de l’air aux collectivités locales sur l’ensemble du territoire français.

Geoptis, filiale du groupe La Poste, développe une expérimentation avec La région Ile-de-France, en partenariat avec Airparif. 600 micro-capteurs ont commencé à être déployés sur des véhicules et des bâtiments de la Poste à Paris et dans sa périphérie pour mesurer la pollution francilienne. L'objectif étant de mieux comprendre cette pollution pour en éradiquer les racines.

C’est une véritable cartographie en temps réel » réalisée grâce à des données produites toutes les 10 secondes qui seront traitées et analysées en vue d’être intégrées par Airparif à ses cartographies.

En parallèle, dans la lignée de son programme sociétal et environnemental DrivingChangeTM, DPDGroup a lancé un programme de mesure de la qualité de l’air, appelé Breathe, qui sera déployé dans 20 métropoles européennes d’ici 2021, après des pilotes à Lisbonne, Madrid et Paris. Ce programme lui permettra de tirer parti des résultats pour adapter sa stratégie de réduction des polluants. À travers ces services de transport innovants destinés aux autorités locales et régionales, DPDgroup poursuit son ambition de réduire ses émissions de CO2 de 30% par colis, comparé à 2013, et réaffirme ainsi son engagement d’exercer un impact positif sur les communautés, les villes et la société en général.

DPDgroup aspire ainsi à jouer un rôle majeur dans le suivi de la qualité de l’air en utilisant son réseau de livraison existant et en le mettant au service des clients. DPDgroup est en effet la première entreprise à s'être engagée à mettre en place des capteurs sur sa flotte à travers l'Europe.

  1. D’après différentes études ADEME de juillet 2020

  2. Selon une étude ADEME

  3. D’après une étude de l’ADEME

  4. La pollution atmosphérique, dont la première source est le trafic routier, ferait perdre 15 mois d’espérance de vie aux citadins des villes de plus de 100 000 habitants (Rapport 2018 sur la qualité de l’air en Europe publié par l’Agence européenne pour l’environnement).