La Poste de Châteaubriant fête son 1 000e candidat au Code de la route

Pays de la Loire
Éclairage
5 min

En Pays de la Loire comme partout en France, les examens du Code de la route passés à La Poste se multiplient. Après Cholet, qui fêtait son 10 000e candidat le 17 mai dernier, c’est Châteaubriant, dans le nord de la Loire-Atlantique, qui accueillait sa 1000e candidate le 16 octobre 2019, après à peine un an d’activité.

Afin de célébrer cette belle réussite, les examinateurs, en compagnie de Stéphane Rousseau, responsable organisation et environnement de travail de l’établissement courrier de Nort-sur-Erdre, lui ont remis un diplôme et des goodies (photo ci-contre).

La particularité du site de Châteaubriant ? Des sessions dédiées aux élèves du lycée Môquet-Renoir. Sur les 1 000 candidats, 27 lycéens y ont ainsi passé leur code. Cette opération marque le début d’une démarche qui vise à conforter la position de La Poste comme opérateur officiel du Code de la route.

Proximité, disponibilité et tarif attractif

Depuis juin 2016, La Poste est opérateur officiel du Code de la Route. Simplicité, rapidité, praticité sont les maîtres mots de l’Épreuve technique générale (ETG). Le candidat choisit le lieu le plus proche de chez lui et la date qui lui convient le mieux. De nombreuses sessions individuelles ou collectives sont organisées dans toute la région des Pays de La Loire et dans toute la France. Le tarif est unique et attractif pour une cible jeune : 30€.

La confiance, atout majeur de La Poste

La volonté de La Poste est de promouvoir son service de proximité pour attirer les jeunes vers les centres d’examen locaux, et créer ainsi du trafic. Avec 65% de parts de marché et une activité en croissance de 20%, la Poste est devenu un acteur majeur de l’ETG : 2 candidats sur 3 y passent aujourd’hui leur examen.

Aujourd’hui les clients sont satisfaits de la prestation. Cette situation résulte d’un travail de proximité, d’un large choix de sessions et de l’accueil bienveillant des examinateurs – un point déterminant. Ces derniers font en effet un travail de terrain au quotidien qui leur permet de nouer une relation de confiance avec les auto-écoles comme avec les candidats.