Éclairage
5 min

Urby Nantes : des livraisons vertes dans la ville de demain

Transitions écologiques
Pays de la Loire

Massifier les marchandises en un point unique à l’entrée de Nantes, puis mutualiser leur livraison dans toute la ville avec des véhicules à faible émission de CO2 : c’est la raison d’être d’Urby, le consortium piloté par La Poste. Celui-ci vient de remporter l’appel à projets « Flux » lancé par Nantes Métropole.

Urby, le consortium piloté par La Poste, a remporté en juin 2019, l’appel à projets Flux lancé par Nantes Métropole, en compagnie de 13 autres lauréats.

« L’objectif (de ce projet) consiste à mettre en place des solutions innovantes multipartenaires de logistique urbaine respectueuse de l’environnement, explique Fabien Jouron, délégué du Groupe La Poste en Pays de la Loire. Et ce, afin d’assurer un développement harmonieux de la métropole et respectueux de tous dans les années à venir. » Car avec l’essor spectaculaire de l’e-commerce, un nombre croissant de camions entrent et sortent chaque jour de l’agglomération. Un enjeu désormais crucial devient donc celui de concilier les attentes des habitants en termes de rapidité de livraison mais aussi de qualité de l’air, donc de vie.

Le schéma logistique mis en œuvre dans le cadre de la solution Urby : un centre de distribution mutualisé (CDM) à la périphérie et des espaces logistiques urbains (ELU) en centre-ville.

Avec les partenaires Idea et Keran

« Dans ce contexte, Urby Nantes arrive avec une proposition adaptée au territoire car co-construite avec de nombreux acteurs opérant déjà dans la région nantaise, détaille Florent-Yann Lardic, son PDG. Ici, cela fait un an que la solution Urby prend forme. Elle est déjà opérationnelle dans sept autres grandes métropoles en France : Montpellier, Grenoble, Lyon, Clermont-Ferrand, Saint-Étienne, Toulouse et Bordeaux. »

« Pour monter le consortium, précise encore Florent-Yann, La Poste s’est associée à des sociétés à l’expertise reconnue et complémentaire : le groupe de transport et logistique nazairien Idea ainsi que le cabinet d’ingénierie nantais Keran, spécialisé en aménagement urbain. » Prochaine étape du projet : trouver les surfaces nécessaires – en entrée de ville comme intra-muros – ainsi que s’entourer de différents partenaires additionnels. Dans l’Ouest, des projets similaires pourraient dans le futur voir le jour à Rennes ou Angers.

La nécessité d’inventer de nouvelles solutions plus écologiques

Pour Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole : « Les échanges de marchandises et activités logistiques associées sont indispensables au fonctionnement de notre ville et concourent au dynamisme de la vie économique, commerciale et industrielle du territoire. Dans son organisation actuelle, la logistique est responsable de nuisances fortes : congestion, encombrement urbain, pollution atmosphérique mais aussi sonore. Avec l’appel à projet Flux, Nantes Métropole soutient et accompagne les initiatives innovantes qui permettent d’améliorer les conditions de livraison sur le dernier kilomètre et de répondre à la nécessité d’inventer de nouvelles solutions plus écologiques. » De ce point de vue, Nantes vient juste d’adopter une nouvelle réglementation en matière de logistique urbaine : les véhicules propres bénéficient désormais d’une plage horaire élargie à 4h-23h pour les livraisons dans les zones piétonnes et réglementées en centre-ville, contre 7h30-11h30 pour les autres véhicules.

Deux types d’établissements, relais d’une logistique plus verte

  • Le centre de distribution mutualisé (CDM) est installé à l’extérieur de la ville. Il concentre les flux de marchandises entrants en provenance de différents transporteurs, afin d’en mutualiser leur livraison à l’intérieur de Nantes.

  • Les espaces logistiques urbains (ELU) ont vocation à mailler l’intérieur de l’agglomération. Ils assurent la distribution de proximité en mode doux, ainsi que des prestations de logistique inversée : reprise des cartons pour le compte des commerçants, etc.