Veille
5 min

Rouler à l’huile de friture

Transitions écologiques
Grand Est

A Charleville-Mézières, depuis le lundi 26 novembre 2018, dix voitures de La Poste roulent au bio carburant grâce au recyclage des huiles de friture.

Véhicule biocarburant.
Un autocollant est apposé pour signaler les véhicules qui roulent au bio carburant.

L’association pour le respect de l’environnement et de l’aide à la mobilité (ARENAM) est à l’initiative de ce projet. Quatre acteurs ont un rôle à jouer : la ville de Charleville-Mézières, La Poste, ARENAM et la société Gecco.

La première étape revient à l'ARENAM qui va récolter les huiles de friture dans les restaurants, cantines, déchetteries… des Ardennes. Celles-ci sont transmises à Gecco, et l’entreprise Lilloise transformera les huiles récoltées en biocarburant appelé B30. Le B30 alimentera dix véhicules de La Poste et six de la ville (deux balayeuses, deux laveuses et deux camions de la ville) pour une phase test d’un an.

« Cette expérimentation est à la fois écologique, économique et facile à réaliser », explique Boris Ravignon, maire de Charleville-Mézières. La démarche a nécessité quelques modifications sur les installations du garage municipal : nettoyage et petits travaux sur les cuves et l'investissement dans une nouvelle pompe de distribution co-financé par la ville et La Poste.

Cette installation permet le stockage d'une réserve de 8 à 9000 litres de biodiesel destiné à alimenter les véhicules concernés. Les véhicules qui utiliseront le biocarburant n'ont pas eu besoin d'adaptations particulières. « Pour La Poste, ce test est une première en France. Fort de nos valeurs environnementales, cette action s’inscrit dans la continuité de notre flotte de véhicules électriques », témoigne Pascal Denis, directeur d’établissement de la plate-forme courrier de Charleville-Mézières.