Éclairage
5 min

La future plateforme colis de La Buissière au cœur du réseau logistique des Alpes

Excellence logistique
Photo avec Lionel Beffre, Préfet de l’Isère, Francis Gimbert, Président de la communauté de communes Le Grésivaudan, André Maitre, maire de La Buissière, Xavier Mallet, directeur général de Colissimo, Guillaume de Fougeroux, directeur opérationnel territorial Colis Sud-Est et Eric Clavaud, directeur exécutif Auvergne-Rhône-Alpes de la branche Services-Courrier-Colis.
De gauche à droite, Lionel Beffre, Préfet de l’Isère, Francis Gimbert, Président de la communauté de communes Le Grésivaudan, André Maitre, maire de La Buissière, Xavier Mallet, directeur général de Colissimo, Guillaume de Fougeroux, directeur opérationnel territorial Colis Sud-Est et Eric Clavaud, directeur exécutif Auvergne-Rhône-Alpes de la branche Services-Courrier-Colis.

Le nouveau réseau logistique et industriel des Alpes, ambitieux, performant, tourné vers la satisfaction du client, avec un point d’ancrage innovant : la plateforme colis de La Buissière.

Dans le cadre de la présentation de son nouveau schéma logistique et industriel, La Poste a posé la première pierre de sa future plateforme Colissimo à La Buissière en Isère, le 15 octobre dernier.

Située au cœur du territoire des Alpes, cette plateforme desservira l’Isère, la Savoie et la Haute-Savoie, avec un objectif ambitieux de livrer les colis en J + 1 à terme. Il s’agira de la deuxième plateforme de ce type en France. L’événement a eu lieu en présence de de Lionel Beffre, Préfet de l’Isère, Francis Gimbert, Président de la communauté de communes Le Grésivaudan et André Maitre, maire de La Buissière.

Devant un parterre d’élus locaux et de journalistes, Xavier Mallet, directeur général de Colissimo, Guillaume de Fougeroux, directeur opérationnel territorial Colis Sud-Est, et Eric Clavaud, directeur exécutif Auvergne-Rhône-Alpes de la branche Services-Courrier-Colis, ont présenté le réseau logistique et industriel des Alpes qui sera déployé sur deux ans.

A la convergence de trois départements, La Buissière, sera raccordée à cinq autres plateformes multi-flux qui traiteront courrier, colis, mais aussi imprimés publicitaires et presse. D’ici 2020, deux nouvelles plateformes seront construites (Grenoble et Argonay), et trois seront bâties (Bourgoin-Jallieu, Moirans et Chambéry) sur la base d’anciennes plateformes de préparation et de distribution.

« La région Rhône-Alpes est l’une des plus dynamiques en terme d’activité colis, et tout particulièrement la zone des Alpes. L’objectif pour la branche Services-Courrier-Colis est de bénéficier de l’apport de cette nouvelle plateforme colis Alpes d’ici la peak période 2019 (ndlr : période qui s'étend du 11 novembre à Noël) » explique Guillaume de Fougeroux, directeur territorial opérationnel Colis Sud-Est.

La Poste investit 27 millions d’euros pour le site de La Buissière, et opte pour des standards logistiques innovants et des équipements à la pointe des dernières technologies, avec entre autres, une trieuse dernière génération de 278 mètres de long, pouvant traiter 12 000 colis à l’heure. Les clients gagneront ainsi en qualité du traitement des colis avec une livraison possible de leur colis en J+1.

La Poste investit 450 millions d’euros pour rénover son outil industriel, logistique et informatique.

« Ce nouveau schéma logistique et industriel traduit la volonté de La Poste de répondre aux nouvelles exigences de clients et, notamment, de pouvoir faire du J+1 : Au-delà de la plateforme colis, les plateformes multi-flux sont autant de maillons pour traiter avec rapidité et fiabilité un nombre croissant de colis, mais aussi le courrier, la presse et les imprimés publicitaires et les acheminer ensuite dans les plateformes de proximité, au plus près de nos clients, pour alimenter la sacoche du facteur. Le monde change ; les besoins de nos clients aussi et La Poste s’adapte pour répondre à ces mutations, comme le prouve ce nouveau schéma : l’avenir est déjà commencé ! » précise Eric Clavaud, directeur exécutif Auvergne-Rhône-Alpes de la branche services courrier colis.

La Poste réduit son empreinte carbone

Sur le plan humain, les postiers bénéficieront d’une amélioration notable de leurs conditions de travail, grâce à l’automatisation de certaines activités de manutention. Par exemple, des chariots autonomes suiveurs aideront les facteurs au portage de colis et courriers, des casiers connectés faciliteront la préparation de leur tournée grâce à la lecture optique des adresses.

Pour ce qui est du développement durable, l’empreinte carbone de La Poste sera réduite, grâce notamment à l’utilisation de caisses mobiles. La « caisse mobile » est un conteneur mobile transporté sur route par camion remorque ; une fois dans l’enceinte de la plateforme, elle stationne sur pieds ou est déplacée par un engin de parc. Sa capacité d’emport est d’environ 4 000 colis, contre 3 000 actuellement.

Un schéma directeur territorial pensé dans sa globalité

Ce projet ambitieux est une parfaite illustration d’un schéma industriel et logistique pensé dans sa globalité. Il s’inscrit dans le plan national de transformation du Groupe La Poste. En effet, La Poste investit 450 millions d’euros pour rénover son outil industriel, logistique et Data, l’objectif final étant de proposer à ses clients des produits et services fiables, personnalisés et adaptés à leurs besoins.

En chiffres

La plateforme colis de La Buissière est située sur un terrain de 53 000 m2, sa surface est de 10 000 m2, elle peut traiter 12 000 colis par heure, elle représente un investissement de 27 millions d’euros.