Rencontre
9 min

L’intelligence artificielle au service du médical

Transformation numérique

Basée à Amiens, la start-up Posos utilise l’intelligence artificielle pour délivrer une information instantanée sur les médicaments. Elle fait partie des 15 lauréats au concours French IOT, programme de soutien à l’innovation créé par La Poste. Rencontre avec l’un des fondateurs de Posos, Emmanuel Bilbault.

Que propose votre start-up ?

Emmanuel Bilbault : Posos, c’est la contraction de posologie et de SOS. C’est un outil qui apporte une réponse quasi instantanée aux personnes qui se posent des questions sur un médicament. Son usage de l’intelligence artificielle permet de reconnaître les questions posées en langage naturel, et d’y répondre en quelques secondes grâce à des sources officielles et reconnues. Pour l’instant, nos testeurs volontaires sont des professionnels de la santé, médecins et pharmaciens. Au final, nous souhaitons toucher également le grand public.

Comment vous est venue cette idée ?

Emmanuel Bilbault : Je suis pharmacien et j’ai occupé pendant 10 ans diverses fonctions dans l'industrie pharmaceutique et notamment responsable de l’information médicale pour un grand laboratoire. Durant ces années, j’ai constaté que c’était laborieux d’obtenir tous les renseignements nécessaires sur la prescription, la délivrance ou l'usage d'un médicament. Impossible pour un professionnel de santé de maitriser pleinement l'usage de tous ces traitements car on dénombre pas moins de 11 287 médicaments en France (source Groupement pour l’élaboration et la réalisation de statistiques - GERS) ! Pourtant, les médecins et pharmaciens sont amenés à se poser quotidiennement des questions sur les médicaments. Par exemple : « Peut-on délivrer ce médicament à un enfant de 4 ans ?”, “ quelle est l’alternative thérapeutique à tel médicament en rupture de stock ?”, “ ces deux médicaments sont-ils compatibles ?”. Le besoin de pouvoir retrouver immédiatement la bonne information parmi les milliers de documents existant est donc crucial. 

Comment avez-vous créé votre start-up ?

Emmanuel Bilbault : J’étais encore en poste quand j’ai monté le projet, l’année dernière. J’en ai beaucoup parlé autour de moi. Il y a encore six mois, j’étais seul, et maintenant l’équipe est constituée de 12 personnes ! C’est en concourant au data challenge de l’Ecole normale supérieure, auquel Posos a été sélectionnée, que je me suis dit qu’il fallait vraiment développer l’idée. Puis, Posos a été lauréate de la Bourse French Tech. Ce dispositif de la Banque publique d’investissement (BPI) permet de soutenir les projets de création d'entreprise innovante à fort potentiel de croissance.

Comment avez-vous eu connaissance du concours French IOT ?

Emmanuel Bilbault : C’est l'Agence régionale de développement et d'innovation (ARDI) Hauts-de-France qui nous a parlé du concours. Quand j’ai vu que c’était organisé par La Poste, j’ai tout de suite fait le lien avec le carnet de santé connecté qu’elle a présenté début 2018. Il y a une réelle cohérence entre Posos et ce que propose La Poste. Associer notre outil au carnet de santé connecté permettrait d’apporter une réponse personnalisée au patient, en fonction de son âge, du poids, des traitements en cours, de ses pathologies.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Emmanuel Bilbault : Avec French IOT, nous serons présents au Consumer electronic show, le salon des start-up de Las Vegas, en janvier 2019. C’est une très belle opportunité pour Posos d’établir des contacts avec de grands groupes français et internationaux. Cet été, nous rencontrerons les autres start-up lauréates et nous nous préparerons lors d’un bootcamp.

Un dispositif expérimental au CHU d’Amiens.

Dans sa phase expérimentale, Posos est mis à la disposition des services de l’hôpital depuis juin 2018 sous la forme d’une plateforme web disponible sur ordinateur, tablettes et smartphones. La valeur ajoutée de l’outil sera notamment évaluée dans les services suivants : pharmacie, urgences, réanimation, gériatrie, neurochirurgie, néphrologie, médecine interne.

11 287

médicaments

recensés en France.

8 milliards

de requêtes sur internet /an

dans le monde, sur les médicaments.