Veille
5 min

Les huiles recyclées, un nouveau combustible de chauffage testé par Poste Immo

Transitions écologiques

Depuis le mois d’octobre 2018 les huiles alimentaires usagées recyclées (HAUR) ont remplacé le fioul pour chauffer les 1600m2 de la plateforme courrier de Marseille 10.

Cette première expérimentation nationale, conduite par Poste Immo, est l’aboutissement de 2 ans de travail avec l’association Oléo Déclic qui devrait permettre une diminution des émissions de CO2 de 95 %.

Une solution économique et écologique

Si Poste Immo s’est rapproché de l’association Oléo Déclic il y a 2 ans, c’est qu’elle propose une solution particulièrement intéressante pour convertir les chaudières au fioul comme l’explique Kevin Minéo, chargé de développement et de projets immobiliers chez Poste Immo : « Poste Immo s’engage à conduire sa transition énergétique en réduisant les émissions de CO² de 25% d’ici 2020 sur l’ensemble du parc immobilier. Le premier axe d’amélioration se situe sur le remplacement des  chaudières à fioul. En utilisant les HAUR comme biocombustible en substitution au fioul, on envisage de réduire de 95 % les émissions de CO²  en effectuant juste de petits travaux sur l’installation. »

Autre argument en faveur des HAUR : le coût. En effet, le biocarburant obtenu à partir des huiles recylées est actuellement 10 % moins cher que le fioul mais surtout n’est pas soumis aux mêmes fluctuations de marché.

Marseille 10 : La mise en place d'une expérimentation grandeur nature

Convaincu des avantages de cette solution de chauffage, Poste Immo est parti à la recherche d’un site postal partant pour l’expérience. Renaud Le Roy, contrôleur de gestion de l’établissement de Marseille Vallée de l’Huveaune (MVH), a répondu présent : « Lorsque Kevin m’a parlé de ce projet cela m’a semblé intéressant pour des raisons écologiques d’abord et économiques ensuite à moyen terme. Nous avons travaillé ensemble à la mise en place d’un dispositif avec deux exigences : cette expérimentation ne devait pas compliquer la vie des agents et le confort de chauffage devait être garanti. »

Marseille 10 est le premier site industriel en France à participer à une expérimentation à cette échelle. Cela va permettre de valider le processus sur une saison de chauffage entière aussi bien en termes d’émission de CO2, d’approvisionnement en HAUR ou de maintenance. « Nous avons installé des capteurs autour du centre courrier de Marseille 10 afin de pouvoir quantifier la diminution des émissions de Co2 permise par ce dispositif. L’objectif est ensuite de démontrer l’impact positif de ce combustible sur l’environnement pour demander une diminution des taxes qui sont aujourd’hui aussi élevées que sur le fioul, » poursuit Kevin Minéo.

Les huiles alimentaires usagées recyclées ont remplacé le fioul pour chauffer les 1600m2 de la plateforme courrier de Marseille 10.

Poste Immo, la région PACA et l'ADEME main dans la main pour la réussite de ce projet

Si le principe d’une chaudière fonctionnant aux HAUR a beaucoup d’atouts, il a fallu néanmoins lever une barrière importante à la réalisation de ce projet : l’investissement de départ. L’utilisation d’huiles dans une chaudière classique nécessite une maintenance importante et donc des coûts d’entretien très élevés. Pour lever cette contrainte, Poste Immo a fait appel à l’entreprise ATANOR, spécialiste de la combustion qui a mis au point un brûleur adapté à ce combustible qui nécessite donc le même entretien que celui d’une chaudière au fioul. « La mise au point de ce brûleur a nécessité un travail important en R&D que nous avons pu réaliser grâce à l’investissement de la Région PACA et de l’ADEME » explique Kevin Minéo. La Région et l’ADEME financent le projet à hauteur de 30 % chacune et les 40 % restant sont financés par le budget expérimentation de Poste Immo.

L’entreprise ATANOR effectuera au cours des prochains mois l’ensemble des relevés nécessaires à l’expérimentation (consommations, rendement, analyses d’air, efficacité du dispositif…).