Les 10 raisons de se mettre au vert !

©Natacha Raymond - La Communauté Facteur Graine, collectif à l'origine de la ferme urbaine de Paris La Chapelle, sera présente au Lab Postal 2018 avec une visite en réalité augmentée.

 

Toit après toit, friche après friche, bac après bac, l'agriculture fraye son chemin en ville ! Salades, fraises, courgettes, miel et œufs se récoltent aujourd’hui jusque sur les bâtiments de La Poste. Mais pourquoi un tel engouement pour l’agriculture urbaine ?

1. Ça permet de manger local !

Un potager de 700 m2, une serre, des haies fruitières, un poulailler, trois ruches, des fleurs, une tonnelle, ça donne envie de manger autrement ! Inaugurée en septembre 2017, la ferme Paris-La Chapelle, perchée sur le toit de la plateforme de préparation et de distribution du courrier du 18e arrondissement a produit près d’une tonne de légumes et aromates dès sa première saison. Le tout cultivé sans aucun intrant, grâce à la permaculture. De quoi s’offrir un retour à la nature que les postiers – notamment ceux qui travaillent en-dessous, les épiceries et restaurateurs du quartier apprécient !

2. On réduit notre empreinte carbone

Si vous avez bien suivi vos cours de SVT au collège, vous savez que lorsqu’un végétal reçoit de la lumière, il absorbe le dioxyde de carbone présent dans l'air et rejette de l’oxygène… Et contribue ainsi à réduire les effets de serre.

3. On favorise la biodiversité

Si des milliers d’abeilles butinent sur les toits des sièges du Groupe en Bretagne, Pays de la Loire, Ile-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse, ce n’est pas pour relancer le secteur apicole. Mais parce que les abeilles permettent la pollinisation de 84% des cultures européennes, soit de 4000 variétés de végétaux différentes. Faire venir ces petites bêtes sur les toits, c’est entretenir l’équilibre naturel !

4. On rend la ville (et la vie) un peu plus belle

Si les végétaux ont le pouvoir de nous mettre de bonne humeur, ils permettent aussi de limiter l’imperméabilisation des sols et donc de réduire les inondations. Mais aussi de capter une partie des particules fines et les oxydes d’azote du trafic automobile, de faire de l’ombre, de rafraîchir l’air et de faire revenir tout une faune vertueuse : insectes, oiseaux et petits animaux. Autant de pouvoirs qui sont de véritables trésors pour nous tous !

5. On fait des économies d’énergie

A Dijon, une partie des toits du centre financier du Groupe a été convertie en toiture végétalisée. Résultat : une économie annuelle d’environ 9 000 euros et 6 140 kWh et ce grâce à l’isolation thermique créée par la terre et des végétaux qui y ont été semés. Ça donne des idées !

6. On crée du lien

Ouverte à tous, la ferme urbaine de Paris-La Chapelle ne se contente pas de contribuer au bien-être au travail des salariés de la PPDC, elle favorise les rencontres et le partage. Lieu de mixité, de transmission, elle accueille tous les publics et toutes les générations : des professionnels lors de séminaires de team building, aux écoliers lors de visites ou ateliers de jardinage. Et parce que qui dit ferme dit aussi découverte de produits locaux, des séances de dégustations sont organisés. Tentés ?

7. On renoue avec la nature… et ça fait un bien fou !

La nature a ses trésors que l’humain ne connaît pas… encore. Sensibilisation à la permaculture, aux produits de saison, aux circuits courts, à la gestion des bio-déchets, au recyclage et à l’économie des ressources… l’agriculture urbaine fait de la nature notre alliée. Apprenons à mieux la comprendre, pour mieux la respecter et l’aimer plus encore !

8. C’est bon pour la santé et pour le moral !

De nombreuses études ont démontré l’impact positif de la nature sur notre santé physique et mentale : baisse des troubles respiratoires, de la pression artérielle, du taux de cortisol (l'hormone du stress) mais aussi amélioration de l'immunité, des capacités d’attention et de mémorisation, de la productivité au travail, de la créativité, de notre capacité de rétablissement et la liste est longue ! Et pas besoin d’attendre pour en voir les bénéfices : selon des travaux réalisés par une équipe de Stanford aux États-Unis, les résultats seraient visibles au bout de 90 minutes ! La nature, à consommer sans modération !

9. Ça créé des vocations 

Qui a dit que l’agriculture était réservée au milieu rural ? Pas les postiers… La nature fait pousser des idées ! L’association Communauté Facteur Graine a recruté trois seniors en pré-retraite. Grâce à leur énergie, elle a essaimé aux sièges du Groupe La Poste : un potager sur la nouvelle terrasse du boulevard Brune à Paris et des cultures en bac et 5 ruches au Lemnys à Issy-les-Moulineaux. Entre engouement et conviction, l’agriculture urbaine fait son chemin et des initiatives similaires vont éclore, à Nantes pour commencer!

10. Et parce que c’est au cœur du plan stratégique de La Poste pour 2020

« Nous avons une responsabilité de participer à la transition énergétique, et l’agriculture urbaine est une manière de le faire », rappelait le président du Groupe, Philippe Wahl, lors de l’inauguration de la ferme de Paris-La Chapelle en septembre 2017. Signataire de la charte Objectif 100 hectares et à ce titre partenaire de l’appel à projets vers de la mairie de Paris – les Parisculteurs, le Groupe poursuit sa politique de rénovation de bâtiments, de végétalisation de ses toits, de formation de ses collaborateurs à l’éco-conduite, d’utilisation des véhicules propres, de maitrise des ressources et de retraitement de ses déchets. D’ici 2020, il pourrait naitre d’autres fermes urbaines à Paris et ailleurs en  France.  

Suivez la Communauté Facteur Graine sur Facebook, Twitter et Instagram