Rencontre
9 min

La Poste et les élus, ensemble au service des territoires

Développement Territorial

Les présidents et membres des 12 Commissions Départementales de Présence Postale Territoriale (CDPPT) de la région ont participé le 3 avril dernier à la construction du prochain contrat de présence postale. Rencontre avec Marcel Ginoux, maire adjoint de Saintes et vice-président de la CDPPT de Charente-Maritime.

Comment avez-vous vécu cette journée collaborative ?

Photo de Marcel Ginoux, Maire adjoint de Saintes et vice-président de la CDPPT de Charente-Maritime

Marcel GINOUX : Avant tout comme un grand moment de convivialité riche en échanges, en partage d’expériences, où il faut savoir s’autoriser une très large ouverture d’esprit au service de tous les usagers de La Poste. Les relations entre La Poste et les élus se doivent d’être claires, transparentes, constructives et portées par un seul objectif : un service public présent en appui des collectivités, de La Poste et des administrés. Le dialogue sur les évolutions de la présence postale ne peut passer que par une profonde volonté partagée de coconstruire l’aménagement et le développement de nos territoires.

Selon vous, comment La Poste doit-elle poursuivre son développement ?

La Poste est certainement le dernier service public omniprésent sur le territoire, qui a su se doter d’un maillage dense, tout en sachant évoluer par le biais des Maisons de Services Au Public (MSAP) qu’elle porte ou accompagne sur le territoire. La Poste se doit de continuer à renforcer sa présence, son aide auprès des plus démunis, des plus isolés, des plus défavorisés : lutter contre la fracture numérique, réfléchir à une mutualisation des deux familles de MSAP (celles de La Poste et les autres), être ce lien et ce liant intergénérationnel, ne pas oublier les jeunes qui seront demain ses clients actifs. Cette mutation passe par une évolution du métier du facteur, en développant autant que faire se peut la mission de facteur-guichetier.

Le nouveau contrat de présence postale territoriale devrait apporter aux CDPPT la possibilité de s’exonérer des frontières administratives pour mutualiser des points de contact interdépartementaux.

Marcel Ginoux
Maire adjoint de Saintes et vice-président de la CDPPT de Charente-Maritime

Qu’attendez-vous du prochain contrat de présence postale territoriale ?

Si la Poste a su sortir de son cœur de métier – la distribution du courrier –, si La Poste a su dépasser les frontières de ses premières missions de service public, le nouveau contrat de présence postale territoriale devrait apporter aux CDPPT la possibilité de s’exonérer des frontières administratives – limites de département – pour mutualiser des points de contact interdépartementaux. Ceci afin de garantir ses engagements de service public, tout en renforçant son maillage. Pourquoi ne pas réfléchir à donner aux CDPPT la possibilité d’isoler dans leur budget une enveloppe dédiée aux actions ponctuelles d’aménagement de leur territoire, hors cadre du contrat ? et s’appuyer sur des exemples de partenariat porté par des EPCI qui se sont engagés sur la transformation de bureaux de poste par des agences postales intercommunales.

Photo de la séance de travail du 3 avril 2019, avec les présidents et les membres des 12 Commissions Départementales de Présence Postale Territoriale (CDPPT) de la région Nouvelle Aquitaine.
Les membres des 12 commissions départementales de présence postale territoriale de la région construisent les services de demain.

40 propositions

Les 40 propositions formulées par les membres des 12 CDPPT ont servi de base à la priorisation des sujets qui ont été travaillés. Parmi ces sujets :

  • Inventer d’autres formats de présence postale en zone rurale et les expérimenter

  • Rendre possible les retraits et dépôts d’espèces pour entreprises et associations en agence postale communale

  • Réfléchir sur des services itinérants

  • Maintenir et développer le maillage postal