Éthique et déontologie, au cœur des engagements de La Poste

National

L’éthique et la déontologie font partie de l’ADN de La Poste. De la prestation de serment au système d’alerte, le sujet est partagé et connu de tous grâce à un engagement de long terme et une sensibilisation des parties prenantes de l’entreprise.

La prestation de serment des postiers, un moment solennel instauré en 1790, n’est pas une formalité administrative mais l’acte fondateur d’une vie de postier. Il s’engage alors, devant des représentants de l’autorité publique, à « remplir avec conscience, honnêteté et probité les fonctions confiées » et à « respecter scrupuleusement l’intégrité, l’inviolabilité et le secret des correspondances, y compris électroniques ».

Cet engagement fort est le socle de la confiance qui lie La Poste, ses clients et ses partenaires. La direction du Groupe est mobilisée pour consolider la politique éthique et déontologique du Groupe.

  • Dès 2011, La Poste a renforcé son dispositif en créant une direction de l’éthique et de la déontologie, rattachée au secrétaire général du Groupe, membre du Comité exécutif, un choix de gouvernance en droite ligne avec l’histoire et les valeurs du Groupe.

  • Pour porter cette politique au plus près des postiers, des déontologues et des référents anticorruption sont présents au sein des branches et des filiales.

  • Un réseau d’ambassadeurs répartis sur le territoire a été déployé en juin 2019 pour renforcer la sensibilisation locale et la communication opérationnelle de proximité.

Parmi les pionniers en France en matière de prévention et lutte contre la corruption, le Groupe a déployé dès 2012 des actions de sensibilisation et de formation vers l’ensemble de ses salariés. En 2015, il a posé les éléments structurants de son dispositif comme la Charte de représentation d’intérêts. La loi Sapin II (2016), relative à la transparence et à la lutte contre la corruption, a permis de renforcer les outils déjà mis en place, au premier rang desquels le référentiel de déontologie. Cet outil réunit tous les comportements, les règles de conduite et les réflexes à adopter.

Principe et actions

La politique de prévention et de lutte contre la corruption du Groupe La Poste s’inscrit historiquement dans la continuité de sa politique d’éthique des affaires. En 2019, le Comité exécutif a fortement réaffirmé son engagement vis-à-vis des trois principes de la politique de prévention de la corruption : « Tolérance Zéro, Tous engagés, Tous vigilants ». Chacun de ses membres a signé l’actualisation du Code de conduite éthique et anticorruption, affiché sur les 12 000 sites postaux. Ces trois principes s’appliquent également aux partenaires, notamment aux fournisseurs de premier rang, car le Groupe est soucieux de l’éthique des affaires sur l’ensemble de son périmètre d’intervention.

En cas de questions éthiques ou de soupçons de faits de corruption, un système d’alerte, opérationnel depuis 2011, permet d’adresser des e-mails sécurisés directement aux déontologues du Groupe. Pour préserver la confidentialité de ces échanges et l’identité des lanceurs d’alerte tout en renforçant l’accessibilité du dispositif, le canal de signalement est administré par un prestataire externe, WhistleB.

Une interface dédiée aux fournisseurs, prestataires et sous-traitants est également disponible. Conjointement, une plateforme informatique a été mise en place en 2019 ou chaque fournisseur doit s’inscrire. Il atteste prendre connaissance notamment de la Charte achat éthique et responsable de La Poste et son dispositif d’alerte professionnelle, information qu’il doit transmettre à ses salariés. Fin 2019, les 3 714 fournisseurs sous contrat ont été informés.

Une large pénétration des enjeux éthiques

Le Groupe La Poste compte parmi les rares entreprises en France à mesurer le niveau de sensibilisation de ses collaborateurs à l’éthique et la déontologie. Le baromètre 2019 (01) confirme la bonne perception de ces sujets au sein du Groupe :

  • Près de 75% salariés en France ont été sensibilisés à l’éthique au cours de l’année.

  • 88 % (vs 84% en 2018) estiment connaître les règles en matière d’éthique et de déontologie.

  • 91 % d’entre eux jugent importante l’existence d’un déontologue dans le Groupe (87 % en 2018). Ce chiffre est de 82% en moyenne dans les autres grandes entreprises.

  • 63% des salariés connaissent le dispositif d’alerte vs 53% en 2018. Enfin, comme en 2018, quelque 91 % des collaborateurs du Groupe se déclarent prêts à lancer une alerte, ce qui confirme une bonne confiance dans le dispositif.

  • 81 % pensent que cela contribue à l’amélioration des résultats économiques.

  1. 8eme baromètre annuel réalisé par Kantar en novembre 2019

Le programme de prévention de la corruption et du trafic d’influence

La politique de prévention et de lutte contre la corruption est un enjeu majeur pour le Groupe La Poste, qui s’appuie sur ses valeurs éthiques pour viser l’exemplarité en la matière. La taille et la diversité des activités du Groupe renforcent la nécessité d’une politique robuste. Son plan anti-corruption est fondé sur trois grands principes : « Tolérance zéro », « Tous concernés », « Tous vigilants », qui s’appliquent dans le Groupe mais également à l’ensemble de ses partenaires.

L’année 2019 a été marquée par un important travail d’intégration de procédures spécifiques à l’anticorruption : clauses dans les contrats de travail des collaborateurs ou d’achat pour les fournisseurs et les prestataires, procédures de due diligence préalable en cas de croissance externe, contrôles comptables, déclaration des conflits d’intérêts, etc..

Le plan de prévention de la corruption du Groupe repose sur un vaste dispositif de sensibilisation destiné aux postiers :

  • Formations spécifiques pour la filière juridique ou les managers

  • Organisation d’une journée éthique, etc.

  • L’application « MyEtic » est progressivement installée sur les nouveaux mobiles professionnels des collaborateurs lors de leur renouvellement.

L’ensemble du programme fait l’objet d’une évaluation interne annuelle co-pilotée par la direction de l’éthique et de la déontologie et le service du contrôle interne.