Récit
2 min

Il n’y a pas d’âge pour découvrir Ardoiz

Transformation numérique

C’est le début de l’après-midi ce mercredi 16 janvier à la résidence « Le Square des âges ». Un temps calme, en général, où chacun vaque à ses occupations après le déjeuner et – pour certains – la sieste. On papote, on tricote aussi. Un petit groupe joue au Scrabble autour d’un café. Mais aujourd’hui, il y a du nouveau dans ce quotidien bien réglé. Agnès Cottereau, responsable espace commercial du secteur d’Avrillé (Maine-et-Loire), épaulée par Aubin Doeppen, stagiaire, sont là pour proposer aux résidents une démonstration gratuite de la tablette Ardoiz. Treize personnes répondent présent, attentives.

Sept seniors de la résidence « Le Square des âges », assis autour d'une table ronde, en train d'écouter la formatrice Ardoiz.

Depuis l’arrivée d’Agnès au bureau d’Avrillé en septembre, une nouvelle organisation s’est mise en place sous la houlette de Gilles Guémas, directeur de secteur. L’équipe propose désormais trois ateliers par mois directement dans les résidences pour seniors. Le secret : rencontrer les personnes âgées dans un environnement connu et familier, afin que chacun se sente en confiance et s’inscrive dans un processus de découverte et d’apprentissage collectif.

Les élèves du jour peuvent à leur guise manipuler les tablettes – à raison d’une pour deux –, aidés par les conseils avisés d’Agnès et Aubin. La page d’accueil, des actualités, la météo, l’appareil photo, les jeux, la commande vocale et même le guide d’utilisation… tout est expliqué, expérimenté, apprivoisé… et apprécié. « Je suis venue pour découvrir. C’est une question d’habitude, il faut s’y mettre, c’est comme les machines à laver ! » plaisante Marie-Louise Langlois, 83 ans.

Deux résidentes qui manipulent une tablette Ardoiz.

Isabelle Ricossé, accompagnatrice professionnelle de la résidence, est elle aussi sous le charme de la démarche. « C’est très ludique pour les personnes âgées. L’initiation en douceur proposée est un vrai plus. Elles se conseillent même entre elles ! ». Après quelques questions techniques autour d’un verre de jus de pomme, Aubin conclut cette heure d’initiation en résumant parfaitement l’esprit d’Ardoiz : « la technologie peut être ouverte à tout le monde ! ».