Éclairage
5 min

Conférence à Strasbourg : lutter contre le gaspillage énergétique

Transitions écologiques
Grand Est

La transition énergétique est devenue une urgence écologique, économique et sociale. La conférence organisée le 16 mai dernier à Strasbourg par Le Monde Cities en partenariat avec La Poste a permis de mieux poser les enjeux.

« Comment passer à l’action en Europe pour lutter contre les passoires énergétiques ? » Les intervenants de la conférence Le Monde Cities ont fait le point sur ce sujet, avec une évidence : la neutralité carbone à l’horizon 2050 passe par des actions sur les bâtiments et sur les comportements.

Un des enjeux majeurs de la transition énergétique concerne la consommation excessive d’énergie des bâtiments en Europe. Les trois quarts des bâtiments ont été construits avant les normes énergétiques et 97% doivent être rénovées en 30 ans, soit 250 millions de bâtiments. Au cours de la conférence, Thomas Pellerin, responsable du centre énergie de l’Institut Jacques Delors, a donné quelques chiffres : « La première consommation d’énergie d’un bâtiment est le chauffage (64,7%). C’est dire l’enjeu de la rénovation énergétique. Et l’efficacité énergétique est la priorité. » L’objectif étant la neutralité carbone pour 2050 en remplaçant les trois quarts des énergies fossiles utilisés pour le chauffage des bâtiments.

La première consommation d’énergie d’un bâtiment est le chauffage (64,7%)

« Du point de vue du particulier, le besoin se résume à obtenir une douche chaude et une boisson froide », a mentionné Thomas Pellerin. Or le chauffage de l’eau en France correspond à la consommation de 4 millions de voitures électriques. Il faut aussi que les particuliers adoptent des comportements plus économes. Des associations comme Alter Alsace Energies engagent les ménages dans une démarche de sobriété. « Il s’agit de motiver les familles en leur proposant des éco-tests pour voir ce qu’elles consomment », a expliqué Tiphaine Criqui, conseillère en énergie chez Alter Alsace Energies.« Sept cents familles sont inscrites dans le Grand Est. Cela a déjà permis de faire environ 9% d’économies grâce à l’évolution des comportements. »

Le financement des opérations

Une des difficultés est d’arriver à convaincre les ménages modestes de s’engager dans des dépenses d’isolation. Il est possible d’avoir des aides, des associations ou des entreprises sont spécialisées dans l’accompagnement des personnes pour les projets de rénovation ou des entreprises. Par exemple Éco-Habitat travaille avec des bénévoles pour aider les personnes sans ressources véritables. Franck Billeau du Réseau Éco-Habitat, a précisé : « En additionnant les aides il est possible de financer 90% des travaux pour des montants compris entre 35 à 40 000 euros. À partir du projet de rénovation nous créons une conscience écologique ».

Sophie Noëlle Nemo, directrice de la délégation à la transition énergétique et écologique du Groupe La Poste, a précisé : « La Poste souhaite donner du sens à la transition écologique au quotidien auprès des particuliers, par exemple en les sensibilisant aux travaux d’isolation par des informations adaptées. Elle agit en humanisant la transition énergétique dans sa mise en œuvre, par un accompagnement de proximité, régulier et personnalisé des facteurs. En simplifiant l’information, en effet, La Poste s’adresse à toutes et à tous au plus près des territoires. »

ACTION HABITAT TRAVAUX
La Poste propose l’offre Action Habitat Travaux qui comprend le conseil sur les travaux à prioriser, la mise en relation avec des artisans ayant les labels de qualité, la prise en charge des démarches administratives pour la constitution des dossiers de demandes d’aides et l’avance du montant de ces aides sur la facture travaux. Elle accompagne aussi les politiques publiques de rénovation énergétique avec des offres pour les collectivités : le programme Diagnostic Énergétique pour Accompagner la Rénovation (Depar).