Veille
5 min

Accompagnement digital dans les Ardennes

Transformation numérique
Grand Est

Le 22 mai dernier, le foyer de jeunesse et d’éducation populaire de Vouziers et La Poste ont signé une convention visant à organiser l’accompagnement des publics éloignés du digital.

Serge Janot, directeur régional adjoint Réseau – Banque La Poste de Champagne-Ardenne, et Marie-Christine Géant, présidente du FJEP de Vouziers, lors de la signature.
Serge Janot, directeur régional adjoint Réseau – Banque La Poste de Champagne-Ardenne, et Marie-Christine Géant, présidente du FJEP de Vouziers, lors de la signature.

Parce qu’elle s’est donnée pour mission de lutter contre les exclusions et de renforcer le lien social, La Poste souhaite développer des actions dans le domaine de la médiation numérique.

La convention signée le 22 mai à Vouziers définit les conditions dans lesquelles le foyer de jeunesse et d’éducation populaire de Vouziers réalisera des actions de médiation sociale et d’accompagnement numérique auprès de la clientèle de La Poste en situation d’isolement face à Internet et au digital. Pour cela, le FJEP désignera des intervenants (médiateurs, animateurs…) qui, après avoir été formés à l’utilisation des services en ligne du Groupe La Poste, assisteront les publics concernés dans plusieurs points de contact de La Poste du département des Ardennes (Le Chesne, Grand Pré et Monthois).

Accueil de premier niveau

L’objectif est de soutenir les habitants dans leurs besoins postaux mais également de réaliser un accueil de premier niveau sur tout autre besoin et d’orienter ces personnes vers les maisons de services au public de proximité et/ou les centres sociaux.

Hugues Mahieu, délégué aux relations territoriales dans les Ardennes, précise : « Cette action s’inscrit dans le cadre du contrat de présence postale territoriale signé entre La Poste, l'État et l'association des maires de France qui place l'accueil et l'accompagnement des personnes vulnérables en matière d'accès au numérique au cœur des actions prioritaires pour les trois années à avenir. Nous nous tournons vers les territoires les plus défavorisés, à faible densité de population.»