Publié le 26 septembre 2021

L’Una 47, partenaire de la Poste dans la lutte contre la fracture numérique

Numérique
Nouvelle Aquitaine

La dématérialisation des démarches administratives est un des facteurs qui conduisent de plus en plus de personnes à se tourner vers des acteurs du numérique. L’UNA Lot-et-Garonne, premier réseau français d'aide, de soins et de services à domicile, intervient à l’étape numérique d’Agen Blum, installée dans le bureau de poste. Rencontre avec son directeur, Edwin Berlucchi.

Edwin BerlucchiDirecteur de l'UNA Lot-et-Garonne
1

Quels sont les enjeux du numérique, notamment sur le territoire Agenais ?

1

Edwin Berlucchi : Le numérique est un enjeu national et l’Agenais ne déroge pas à la règle. La demande est forte, nous accompagnons des personnes qui se sentent démunies face à ces évolutions technologiques et ces nouveaux modes de communication. Nous accompagnons aussi les demandeurs d’emploi qui cherchent à parfaire leurs techniques de recherche à l’aide de l’outil numérique et alertons sur les dangers et les précautions à prendre sur Internet. La fracture numérique est la cause de fortes situations d’isolement, dues notamment à une dématérialisation massive des services publics, renforcées par la crise sanitaire.

2

Comment intervenez-vous concrètement pour l’étape numérique ?

2

Edwin Berlucchi : Cédric Moreno, animateur multimédia au sein d’UNA 47, intervient à l’étape numérique sous forme d’ateliers individuels ou collectifs. Les personnes prennent rendez-vous ou viennent directement. En fonction de la demande, on établit un programme, un axe de travail. Si un thème est demandé par plusieurs personnes, nous pouvons déclencher un atelier collectif, si ce n’est pas le cas, nous passons en individuel. Ce sont souvent des séances de 2 heures. En fonction du niveau du groupe ou de la personne, plusieurs séances peuvent être programmées. Et les sujets sont variés : sécurité, gestion de la messagerie, consultation de l’espace banque, organisation du poste de travail, acquisition d’un système informatisé, enregistrement, téléchargement…

3

Qui est particulièrement concerné par ces formations ?

3

Edwin Berlucchi : Ce sont surtout des séniors qui viennent à l’étape numérique d’Agen Blum. Pour eux, toutes les démarches sont compliquées, la fracture numérique est très importante. Mais nous rencontrons aussi des personnes plus jeunes pour qui, par exemple, l’utilisation des automates de La Poste est plus difficile, alors même qu’ils maîtrisent aisément les réseaux sociaux. C’est aussi une fracture numérique. Je dirais que les plus jeunes ont la technique, mais pas la méthode. Et les séniors ont la méthode, mais pas forcément la technique. Nous leur proposons plusieurs formules adaptées en fonction des demandes. Nous intervenons aussi bien sur l’ordinateur que sur les téléphones.

4

En quoi La Poste peut-elle participer à la réduction de la fracture numérique ?

4

Edwin Berlucchi : La Poste, de par son offre de service de proximité et son action d’intérêt général auprès de la population, est un acteur du quotidien. La Poste est donc bien placée pour identifier des personnes qui rencontrent des difficultés avec l’outil numérique. Grâce à ses services et son réseau de partenaires, La Poste est en capacité de trouver une solution adaptée pour réduire la fracture numérique. L’étape numérique devient au fil du temps un lieu de vie, de partage et d’entraide où les gens n’ont plus peur de dire : "Je ne sais pas faire, je n’y arrive plus, ce n'est pas pour moi". L’Etape Numérique devient pour eux le rendez-vous de la semaine à ne pas manquer : ils discutent, partagent et pratiquent. L’ordinateur devient alors une passerelle sociale. Ces personnes se sentent moins seules (isolement numérique et social) et la vision qu’ils ont de La Poste change.

La Poste est bien placée pour identifier des personnes qui rencontrent des difficultés avec l’outil numérique et trouver des solutions adaptées.

Les signaux qui alertent sur l’exclusion numérique

Les principales problématiques que rencontrent les habitants dans leur quotidien :

  • absence de culture numérique

  • manque de matériel et d’équipements informatiques (ordinateurs, tablettes)

  • pas d’accès à la connexion en raison du coût élevé des abonnements Internet

  • les agents publics et travailleurs sociaux sont très sollicités sur les démarches en ligne et éprouvent parfois des difficultés à y répondre

  • les ruptures de droits augmentent à cause de problèmes d’actualisation ou de déclaration