Publié le 20 janvier 2021

Avec Ma Ville Mon Shopping, le Grand Périgueux soutient le commerce local

Numérique
Nouvelle Aquitaine

Le Grand Périgueux adhère à la plateforme Ma ville Mon Shopping proposée par le Groupe La Poste. Ce site offre aux commerçants, artisans et producteurs de l’agglomération une solution pérenne pour créer leur e-boutique et vendre en ligne. Rencontre avec Floran Vadillo, délégué à l’attractivité commerciale et à l’action cœur de ville.

Floran VadilloDélégué à l’attractivité commerciale et à l’action cœur de ville du Grand Périgueux
1

Pourquoi adhérer à une plateforme de commerce local ?

1

Floran Vadillo : Maintenir le commerce de proximité est l’une de nos priorités. Avec Ma Ville Mon Shopping, il s’agissait de répondre à une situation d’urgence, mais de manière pérenne. Lors du 2ème confinement, plus d’un millier de commerçants et d’artisans, sur les 2 000 que compte l’agglomération, devaient cesser leur activité. Nous avons souhaité leur offrir la possibilité de poursuivre leur activité en commercialisant leurs produits en ligne, tout en accompagnant la digitalisation de leur pratique. C’est d’ailleurs pour cela, qu’au-delà du déploiement de la plateforme, nous avons mis en place un dispositif d’accompagnement personnalisé.

2

En quoi consiste cet accompagnement personnalisé ?

2

Floran Vadillo : Jusqu’au 2 décembre, en partenariat avec la Chambre des métiers de l’artisanat et la Chambre de Commerce et d’Industrie, nous avons communiqué auprès des commerçants pour les inciter à s’affilier à la plateforme. Puis nous avons communiqué vers le grand public sur l’existence de cette plateforme. En parallèle, deux personnes dédiées au sein du Grand Périgueux, contactent les commerçants qui se sont inscrits pour les accompagner plus individuellement, y compris dans la création de leur boutique en ligne. Nous offrons également des prestations photographiques, afin d’avoir la meilleure qualité visuelle possible sur les boutiques. Enfin, nous venons de voter une aide exceptionnelle qui prend en charge le loyer du mois de novembre des commerçants et artisans qui ont été fermés. L’idée est de travailler sur une expérience client qu’on espère la plus concluante possible.

3

Quelles raisons ont guidé le choix de cette plateforme ?

3

Floran Vadillo : Depuis que j’ai pris mes fonctions en juin dernier, j’ai souhaité faire le tour des plateformes qui existent. Avant le 2ème confinement, nous avions déjà prévu un rendez-vous avec La Poste. Plusieurs raisons m’ont décidé à défendre ce projet auprès des élus de l’agglomération : le support logistique, la capacité de livraison de La Poste, la possibilité du click and collect, un taux de commission faible, des frais d’engagements nuls et le fait que la consommation soit locale. Nous avons une volonté de maîtrise des flux de consommation pour les orienter vers des commerces locaux. C’était très important pour nous et c’est ce qui différencie l’offre de La Poste des autres offres.

4

Comment les commerçants réagissent-ils ?

4

Floran Vadillo : Les commerçants qui souhaitaient digitaliser leur pratique étaient heureux, car déjà sensibles à la manœuvre. Nous avons eu également quelques réticences. Certains avaient leurs habitudes bouleversées et percevaient cela comme un changement de métier, comme si on leur demandait de faire de la vente par correspondance. Il a donc fallu les convaincre, ce qui explique une montée en puissance progressive : nous comptons, après un mois de fonctionnement, 90 commerçants et artisans de l’agglomération sur la plateforme. Nous sommes assez satisfaits. L’objectif est que cette solution devienne pérenne. Nous allons continuer à guider les commerçants sur ces nouvelles pratiques. Il existe une vraie attente sur la gestion des stocks et je sais que c’est un des développements à venir de Ma Ville Mon Shopping.

5

Recommanderiez-vous cette solution aux autres collectivités ?

5

Floran Vadillo : Oui, je recommande cette solution. Mais son adoption ne peut pas se faire sans accompagnement de la part de la collectivité. Contractualiser n’est pas suffisant pour s’assurer des conditions de réussites. Ce que nous avons fait est un bon exemple de pratique à conduire, parce que les retours d’expérience confirment le bien-fondé de l’accompagnement individualisé.

Ma Ville Mon Shopping : Les commerçant(e)s en parlent

Ma Ville Mon Shopping nous a vraiment aidés pendant les fêtes de fin d’année, ainsi nous avons pu poursuivre notre activité. La plateforme a drainé de nouveaux clients. C’est un moyen supplémentaire pour faire connaître nos produits. Nous avons créé notre site marchand à cette occasion.

Maryse Lavaud, gérante de la chocolathèque Philippon à Périgueux

Maryse Lavaud

Gérante de la chocolathèque Philippon à Périgueux

Grâce à cette plateforme, nous avons enregistré des ventes supplémentaires. C’est facile d’utilisation : une fois inscrit, on reçoit un sms ou un mail avec les coordonnées du client qui a commandé, on le rappelle pour convenir du jour de livraison. C’est un service complémentaire de notre site Internet et les 10 euros de réduction pour 20 euros d’achat offerts par l’agglomération aux habitants est un plus pour nous.

Laurence Gobet, dirigeante de l’entreprise familiale la Maison Bruslé La Gaveuse d’Oie

Laurence Gobet

Dirigeante de l’entreprise familiale la Maison Bruslé La Gaveuse d’Oie